Category: Livres

Premiers pas sur Metro: Last Light (Xbox 360)

Des ventes multipliées par 3 sur PC (par rapport au premier volet) au cours de sa semaine de lancement , N°1 des ventes hebdomadaires en France, Royaume-Uni, Suisse, Allemagne et Autriche : Deep Silver a tapé dans le mille en acquérant le projet des mains de feu-THQ.
Metro: Last Light est un sympathique FPS qui se pratique presque comme un livre.
Explications.
Metro Last Light (Xbox 360)
S’il fallait définir Metro: Last Light, on pourrait le qualifier de FPS narratif. Basé sur des romans de science-fiction et scénario écrit par l’auteur des livres dont il s’inspire : le jeu de A4 Games comprend une part importante de narration (avec rebondissements) et de passages scriptés, indispensable pour comprendre l’histoire du jeu…qui risque cependant de refroidir les joueurs ne recherchant que de l’action pure.

Car il ne faut pas le cacher : l’IA est plus que discutable. Un ennemi qui vous tourne le dos ne remarquera pas que vous vous approchez de lui en pleine lumière. Il arrive aussi que l’on passe devant d’autres sans qu’ils ne nous remarque. Eteindre la lumière, de façon plus ou moins discrète, ne les fera pas réagir plus que cela. Assis dans un recoin de la pièce alors que vous avez déclenché l’alarme générale : un ennemi passe à côté de vous en déclarant qu’il n’y a rien…

Metro: Last Light et j’éteins la lumière…

Aussi, le jeu alterne entre phases « d’exploration » et action dans les couloirs du métro. Dans les premières, il s’agit d’écouter les habitants et leurs histoires, liées directement à la suite du jeu, et de s’équiper en armes et munitions.
De ce côté là, 3 types d’armes à customiser sont proposées. Si elles ne sont pas variées à la base (pistolet, revolver, fusil, kalashnikov…), il est plaisant d’avoir des armes de fortune et de les transformer, un revolver pouvant devenir un fusil d’appoint, en rajoutant une crosse, un viseur infrarouge, un marqueur laser, un silencieux ou encore un chargeur plus conséquent. Les modifications sont limitées mais au fur et à mesure du jeu on acquiert ou achète de nouveaux matériels comme des armes pneumatiques bricolées très sympas à utiliser.
Autrement, on dispose d’armes de jet mais bizarrement, même en achetant des grenades, je n’ai réussi qu’à utiliser les couteaux, très efficace pour ne pas déclencher l’alerte.
FPS Metro: Last Light

En avançant dans le jeu, on découvre bien vite que malgré l’holocauste nucléaire, les hommes n’ont pas oublié les plaisirs charnels. Et c’est probablement pour cette raison aussi que le jeu a droit à un PEGI 18 : scène de viol, femmes légèrement vêtues dans des bars à strip-tease tripotées par les clients, danses langoureuses, voire déhanchements et seins nues en privé pour le joueur…Y a pas à dire : le moteur du 4A Engine est rudement bien foutu ! Beaucoup d’effets de lumière également puisque l’on progresse souvent dans le noir, effets de condensation vapeur d’eau dans le masque qui masque la vision du personnage quand on se déplace dans les milieux contaminés au-dessus du métro, modélisation des eaux et personnages bien réalisés. Le jeu est magnifique.

Le Metro en action

Metro: Last Light sait jouer de l’oppression avec sa bande-son bien étudiée, ses couloirs sombres et ses monstres hurlant au loin. La recherche de recharges pour votre masque pendant les passages en extérieur vient rajouter du stress, surtout quand on le voit se fêler pendant les combats et quand la respiration se fait plus difficile.
Le jeu n’est pas spécialement bourrin mais l’utilisation de certaines armes est très excitante. Aussi, certains passages invitent plutôt à la simili-infiltration pendant que d’autres ne se contentent que de faire se déplacer le personnage lentement dans des conduits d’aération pour écouter les PNJ dévoiler l’intrigue.
Pour ajouter un peu de neuf, on se balade parfois en draisine, on saute à l’aide de cordes ou on canarde un train lancé à toute vapeur. Il n’y a pas de quêtes secondaires par contre, histoire de ne pas vous détourner de votre mission principale, même si on passe beaucoup de temps à écouter ce que racontent les divers personnages, voire si on regarde les spectacles…
Jeu vidéo Metro: Last Light (4A Games/Deep Silver)

Metro Last Light : faut-il prendre un ticket ?

Oui pour ma part, pour voir un peu autre chose que les classiques FPS à l’américaine dans une ambiance de fin du monde. Et pour, qui sait, donner envie de plonger dans les romains de Dmitry Glukhovsky, ce qui est mon cas. Metro: Last Light s’avère un jeu agréable pour adultes mâles consentants (lol). Mais bon : libre à vous de bien vous comporter ou non, pour vraisemblablement découvrir deux fins différentes dans le jeu.
Pour terminer, on notera ce passage près d’une bibliothèque du théâtre Bolchoï exposant les livres Metro 2033, Metro 2034 et Metro 2035 ou encore des posters géants mentionnant le futur site officiel www.metro2035.com. On remarquera aussi à plusieurs reprises la voix de Marcus Fenix de Gears of War chez de nombreux PNJ.

Dmitry Glukhovsky

Metro: Last Light de sortie et déjà une suite ?

Le FPS Metro: Last Light repris par Deep Silver suite à la faillite de THQ sort aujourd’hui en magasin. Le jeu se déroule toujours dans le réseau de métropolitains russes et est toujours développé en Ukraine par 4A Games.
Metro: last Light (Deep Silver)
Le scénario de Metro: Last Light a été écrit par Dmitry Glukhovsky, auteur du roman Metro 2033 et de ses suites, Metro 2034 et Metro 2035 prévu cette année. Etrangement, la série de jeux vidéo s’éloigne de la nomenclature des livres, probablement parce qu’elle raconte une toute autre histoire ?
Il est en tout cas fort à parier qu’un troisième jeu vidéo est prévu.

Dmitry Glukhovsky

Total War: Rome II devient un livre

Le premier livre basé sur Total War: Rome II sera publié en octobre 2013 afin d’accompagner la sortie mondiale du jeu. Quatre romans sont prévus chez Pan Macmillan.
David Gibbins : livre Total War: Rome II
Ecrit par David Gibbins, écrivain de sept romans historiques disponible dans 29 pays, le premier livre Total War: Rome II intitulé « Destroy Carthage » suivra l’ascension de Fabius Petronius Secundus, légionnaire romain et centurion fictif ayant vécu dans l’ombre de Scipion l’Africain le Jeune, conquérant de Carthage en l’an 146 avant notre ère. L’histoire se déroulera de la première bataille contre les Macédoniens, qui scella le destin de l’empire d’Alexandre le Grand, jusqu’au siège de Carthage.

Creative Assembly

Metro: Last Light dispo le 17 mai 2013

C’est une lueur d’espoir que nous apporte Deep Silver, le nouvel éditeur du jeu depuis que THQ n’est plus. Metro: Last Light sera en vente le 17 mai 2013 partout en Europe, avec le soutien là encore de l’auteur russe Dmitry Glukhovsky, initiateur de la série de livres Metro 2033 et Metro 2034.

Metro: last Light (Deep Silver)

Les romans de Glukhovsky, Metro 2033 et Metro 2034, se sont vendus à plus de 2 000 000 d’exemplaires dans le monde entier. L’auteur a également écrit les dialogues de Metro: Last Light. Cette année sort également son dernier opus Metro 2035.

4A Games

Joyeux Noël à tous les gamers (et les autres aussi, hein)

Ca y est : Noël est enfin arrivé.
Des cadeaux ? Des jeux vidéo ? On espère que Papa Noël vous aura bien gâté !
De notre côté, on vous souhaite tout simplement de passer d’excellentes fêtes de fin d’année. On vous conseille aussi de décrocher des jeux vidéo : les vacances, c’est pas fait pour ça !
DOA 5 Xmas 2012


Le blog fait une pause jusqu’à l’année prochaine.
A moins qu’un évènement particulier ne se produise, comme, ne sait-on jamais :
- l’annonce de la date de sortie de Sturmwind sur Dreamcast
- un nouveau mook Pix’n Love
- un jeu vidéo sur les Mayas basé sur le Cry Engine

N’hésitez pas en tout cas à télécharger les applis gratuites du BlogJeuxVideoFree sur iPhone, Android ou Symbian.

A bientôt !

NOEL

Revival Chase : un jeu Nec CD-Rom² en exclu chez Revival

Prévu uniquement pour la sortie du magazine par correspondance Revival n°50 en fin de mois, c’est un nouveau jeu PC Engine CD-Rom² qui s’apprête à débarquer alors que l’on fête encore les 25 ans de la petite console japonaise.
Revival Chase (NEC PC Engine CD-Rom 2)

Lancé en 1997, Revival est un magazine créé par des fans regroupés par la suite en association. Il aborde toutes les sorties homebrew et retrogaming sur nombre de machines : ColecoVision, Dreamcast, NES, Vectrex, etc.
Pour fêter le lancement du numéro 50, l’équipe propose ni plus ni moins qu’un numéro spécial au contenu encore plus dense, mais surtout la possibilité d’acquérir un jeu créé pour l’occasion pour le CD-Rom² de la PC Engine : Revival Chase !
Quatre possibilités s’offrent à vous si cette annonce vous a titillée :
- acquérir le magazine Revival seul ; il vous en coûtera alors16,50 euros en pré-commande (frais de port inclus) ; rajouter 1 euro une fois le numéro en vente libre
- acheter le magazine + le jeu Revival Chase dans son boîtier CD et avec notice, au prix ami de 31,50 euros (frais de port inclus) ; rajouter 2 euros passée la pré-commande, c’est à dire après le 15 décembre 2012
- acheter le magazine + 2 jeux Revival Chase (100 pages de tests, de news et de dossiers dont Nightmare Busters sur Super NES), sachant que le jeu ne sera pas vendu seul, à part hyper cher sur des sites de reventes. Le tarif en pré-vente avec la livraison est cette fois de 41,50 euros contre 4 euros de plus si vous ratez la date butoire
- comme vous êtes généreux et que vous avez pensé à un pote, vous pouvez aussi acheter 2 magazines + 2 jeux Revival Chase. Prix en préco : 56 euros ou 60 euros après le 15 décembre

Mais le jeu en lui-même, il vaut quoi ?

Revival Chase est basé sur Lock’n Chase, un Pac-Man like de Data East sorti en 1982 sur l’Intellivision de Mattel et adapté sur PC Engine par un passionné français. Cette version a été réutilisée pour être aux couleurs du magazine Revival : vous incarnez un geek qui cherche acquérir à tout prix la collection complète des magazines Revival. Pour cela, vous devez récupérer l’argent qui se trouve dans chaque tableau. Quatre policiers veulent vous en empêcher. Et des bonus/malus viennent pimenter le jeu, comme transformer le niveau en mode GameBoy ou Atari 2600 (!) ou encore inverser les commandes.
Il semblerait même que d’autres jeux soient accessibles sur le CD, via un système de password

PC Engine

Avis : réédition de La Bible PC Engine Vol.1

Avec la célébration des 25 ans de la petite console 8/16-bit de NEC cette année, les éditions Pix’n Love ont sorti dernièrement un coffret collector – déjà épuisé – contenant les deux ouvrages dédiés à la PC Engine et à sa ludothèque HuCard et CD-ROM. Ces deux mooks sont également disponibles séparément, et c’est la réédition de la Bible PC Engine Vol.1 que je vous propose de découvrir.

3 ans après : le retour !

A sa première sortie en 2009, La Bible PC Engine Vol.1 s’est rapidement arrachée chez les fans de la petite nippone. Et pour cause : l’ouvrage rassemblait diverses informations sur cette console trè populaire au Japon mais plutôt confidentielle en France dans les années 90. Trop chère pour les gamins de l’époque car disponible en import uniquement, des jeux uniquement en japonais : voilà ce qui a vraisemblablement rebuté certains à acquérir cette fabuleuse console.

Cette fois, je me suis précipité dès que j’ai appris la réédition du livre. Je n’ai pas (encore) craqué pour le volume 2, qui lui est véritablement nouveau ; le volume 1 a été enrichi de 16 pages et bénéficie d’une nouvelle mise en page. Ayant entre-temps acquis une Turbografx PAL, une version peu connue voire conspuée par les fans de la première heure, je ne m’intéresse pour le moment qu’aux jeux au format HuCard.

La PC Engine et ses cousines

Bible PC Engine Vol. 1 : la Turbografx PAL

Bien que l’ouvrage se penche quasi-exclusivement sur l’histoire de la console japonaise, elle consacre également une partie non négligeable à sa cousine américaine la Turbografx-16. La version PAL a même droit à deux pages et la version coréenne recarrossée, la Vistar de Haitai, est également mentionnée.

L’aventure de la PC Engine en France via la société Sodipeng, fortement liée à Ubisoft, y est également contée de façon plutôt brève.

La Bible PC Engine Vol.1 : un ouvrage religieux pour retrogamers ?

Bible PC Engine Vol. 1 : les consoles de NEC

Si La Bible PC Engine Vol. 1 dévoile la liste complète des jeux HuCard japonais et les quelques exclusivités américaines, avec un descriptif pour chaque jeu, très peu de place est accordée aux différents système de la galaxie PC Engine. Trois à quatre machines sont présentées par page. Huit produits par page en ce qui concerne les accessoires. On reste sur notre faim même si les systèmes sont abordés aussi dans le chapitre « Histoire ».

Mais après tout, l’ouvrage lui-même indique à plusieurs reprises qu’il n’est pas exhaustif…

D’ailleurs, l’ouvrage se découpe de cette façon : une quarantaine de pages sont consacrées à l’histoire d’Hudson Soft et de la machine fabriquée par NEC.

Une partie II traite du hardware PC Engine.

Une Extrazone prend le relais en s’attardant sur les jeux rares et les collector, les titres jamais sortis, les jeux et les consoles pirates ainsi que le modem Tsûshin Tool.

La partie III reprend des tests de jeux.

Enfin, l’ouvrage se termine par quelques pages de trivias.

Achète ? Achète pas ?

Bible PC Engine Vol. 1 : la SuperGrafx de NEC

La Bible PC Engine Vol. 1, que je n’ai pas encore terminée, est un livre agréable à lire. Bien documenté, il devrait ravir les retrogamers. Ca a été le cas pour moi et je n’ai pas été déçu même après ces années à attendre une réédition.

Je n’ai pas eu la chance de connaître l’époque de la PC Engine en import autrement que via les magazines de l’époque. C’est une machine que je ne connais pas si bien que cela et qui mérite véritablement qu’on y attarde.

On peut tout de même émettre quelques reproches à l’ouvrage des membres du forum NECstasy. La police de caractères est tout de même bien petite. On trouve encore quelques coquilles sur du contenu qui semble dater de la première édition (page 42 par exemple).   Il n’y a pas non plus de vraie fiche technique des différentes consoles.

Le mook n’aborde pas non plus semble t-il le retour des jeux PC Engine, via le WiiWare notamment. Il ne fait que passer sur les homebrews récents via un court passage ; normal me direz-vous puisque le homebrew n’existe que via les émulateurs et les CD-ROM.

Sachez pourtant que le projet AbCARD de Aetherbyte devrait donner naissance à une carte compatible HuCard pour PC Engine et Turbografx16. Le premier titre à bénéficier d’une sortie physique devrait être Atlantean.

Au final, je ne peux que recommander la Bible PC Engine Vol. 1, que vous connaissiez ou non ces consoles. Pour étancher votre soif de connaissance, il sera possible aussi de s’attaquer au Vol.2, consacré quand à lui aux jeux au format CD-ROM et aux dessous de l’arrivée semi-officielle en France de la gamme.

PC Engine

Un collector spécial 25 pour la Bible PC Engine par @Pixnlove

Il y a un peu plus de deux heures, les Editions Pix’n Love annonçaient sur Twitter la sortie pour fin octobre à la fois de la réédition du volume 1 de la Bible PC Engine dédiée aux HuCard, du volume 2 consacré au jeux sur CD-Rom sur cette machine et enfin un coffret collector comprenant La Bible PC Engine Vol. 1 et Vol. 2 avec des couvertures spécifiques pour les deux ouvrages.
Tous ces livres sont en pré-commande et seront livrés fin octobre 2012.

La réédition de La Bible PC Engine Vol.1 (20 euros) comprend 16 pages supplémentaires par rapport au livre de 2009 et présente une nouvelle mise en page. Ce dernier ayant été en rupture de stock à son lancement, je me suis précipité pour en réserver ma copie. Des années que j’attends de pouvoir mettre la main sur ce bouquin dédié à la PC Engine ! J’espère en apprendre un peu plus aussi sur la Turbografx, notamment la version PAL dont l’existence demeure mystérieuse.

On l’attend depuis pas mal de temps cette Bible PC Engine Vol. 2 (20 euros) ! Elle aussi sera disponible fin octobre et, comme prévu, elle s’attarde sur les jeux de la console de NEC/Hudson Soft au format CD-ROM. On y découvrira également tout un tas d’anecdotes sur ce périphérique en avance sur son époque.

coffret collector édition limitée La Bible PC Engine Vol 1 - Vol 2

Enfin, les pré-commandes sont également ouvertes pour ce superbe coffret en édition limitée : le Collector Bible PC Engine Vol.1 – Vol.2 (44,99 euros). Il comporte les deux ouvrages qui pour le coup se parent d’une couverture reprenant pour l’un le dessin de la PC Engine Coregrafx et pour l’autre le CD-ROM². Le tout est livret dans un coffret cartonné coulissant célébrant les 25 ans de la machine.
En bon fan de retrogaming, je me suis commandé également ce coffret. Il me tarde maintenant d’avoir ces mooks entre les mains !

 

Pix’n Love

Réception du livre Gizmondo – The Machine

Méconnue mais pourtant révolutionnaire, la console portable de Tiger Telematics a dernièrement fait l’objet d’un livre auto-édité, disponible sous plusieurs formats papiers et aussi en e-book.

Moi-même possesseur d’une Gizmondo, je me suis laissé tenté par ce livre intitulé sobrement Gizmondo – The Machine.
Ce petit livre de 100 pages a été écrit par Justin Castle. Il reprend toutes les informations de son site web dédié à au système GPS et de jeux et les a réadapté au format papier.

Gizmondo book

Gizmondo - The Machine envoyé tout cellophané

 

Il me tarde de lire tout cela. Compte rendu d’ici quelques jours.

gizmondo

Max Payne 3 serait-il un jeu pour les comiques ?

Pour les comics, oui en tout cas a du se dire Marvel.
« After the Fall » est le volume 1 d’un comic disponible gratuitement dès jeudi en téléchargement sur le site officiel Max Payne 3 et autres sites partenaires. Sur une histoire de Dan Houser et de Sam Lake (Remedy), ce premier volet sur trois est dessiné par Greg Horn et Fernando Blanco. On y retrouvera des personnages des trois jeux Max Payne et un focus sur la vie de notre héros.

En attendant la sortie de Max Payne 3 le 18 mai.

Marvel