Category: Nintendo DS

Play Again : Musée pop du jeu vidéo à Tourcoing

Du 6 Mars au 13 Juillet 2013, une exposition consacrée aux jeux vidéo ouvre ses portes à Tourcoing, à la Plaine Images pour être plus précis. L’exposition se tiendra à l’Imaginarium, bâtiment dans lequel collaborent artistes, chercheurs et entreprises.
Play Again Tourcoing

« Play Again est tout à la fois : une archive patrimoniale et contemporaine, un lieu de présentation des dernières innovations techniques, scientifiques et artistiques, un show-room de projets d’entreprises, d’écoles, d’universités et de laboratoires, un espace de réflexion et d’échanges d’experts, ouvert au public et à ses contributions. » se réjouit Laurent Tricart, coordinateur de l’Imaginarium.

Atari, NES, Megadrive, Playstation, LAN party, nouveautés de la scène indépendante, invités de marques : tout le programme du Play Again est ici.

L’entrée est gratuite et en plus, il y a une GAME BOY géante de 3m de haut et jouable !

Joyeux Noël à tous les gamers (et les autres aussi, hein)

Ca y est : Noël est enfin arrivé.
Des cadeaux ? Des jeux vidéo ? On espère que Papa Noël vous aura bien gâté !
De notre côté, on vous souhaite tout simplement de passer d’excellentes fêtes de fin d’année. On vous conseille aussi de décrocher des jeux vidéo : les vacances, c’est pas fait pour ça !
DOA 5 Xmas 2012


Le blog fait une pause jusqu’à l’année prochaine.
A moins qu’un évènement particulier ne se produise, comme, ne sait-on jamais :
- l’annonce de la date de sortie de Sturmwind sur Dreamcast
- un nouveau mook Pix’n Love
- un jeu vidéo sur les Mayas basé sur le Cry Engine

N’hésitez pas en tout cas à télécharger les applis gratuites du BlogJeuxVideoFree sur iPhone, Android ou Symbian.

A bientôt !

NOEL

Quels jeux Nintendo pour 2013 ?

L’année 2012 n’est pas encore terminée mais voyons déjà ce que nous prépare Nintendo pour ses consoles vedettes, hors WiiU qui doit encore passer le grand examen de Noël.

Parmi les jeux wii, on pourrait penser à juste titre qu’ils seront de moins en moins nombreux du fait de la sortie de la version « U ». Et…effectivement : Nintendo préfère se concentrer sur la WiiU. En cherchant tout de même, j’ai découvert…pas grand chose si ce n’est un Dream Pinball II 3D (février 2013)…Vous l’aurez compris : vous pouvez refourguer votre Wii à votre petite cousine ou en faire don à l’hospice du coin !

Heureusement, les possesseurs de nintendo 3ds auront de quoi s’amuser en début d’année prochaine : le puzzle-action game coloré Scribblenauts Unlimited (février 2013), Super Black Bass 3D (oui, bon : si vous aimez la pêche à la ligne), le RPG Shin Megami Tensei: Devil Survivor Overclocked (février 2013). Mais surtout au mois de mars 2013, Luigi’s Mansion: Dark Moon, Castlevania: Lords of Shadow – Mirror of Fate et un Monster Hunter 3 Ultimate qui risquent de faire des ravages.
Notons enfin L’infernal Programme d’entraînement cérébral du Docteur Kawashima: pouvez-vous rester concentré ? (mars 2013) si vous ne vous étiez pas assez trituré les méninges sur les épisodes précédents. Sont annoncés également plus tard dans l’année Fire Emblem: Awakening et un nouveau Animal Crossing. D’autres jeux sont prévus aussi, bien sûr, de même que des titres dématérialisés.
Ci-dessous, la liste des jeux annoncés sur cette console :

Jeux sur cartouche Nintendo 3DS en 2013
Scribblenauts Unlimited
Super Black Bass
Viking Invasion 2 – Tower Defense
Crash City Mayhem
Shin Megami Tensei: Devil Survivor Overclocked
Imagine Champion Rider 3D
Sonic & All-Stars Racing Transformed
L’infernal Programme d’entraînement cérébral du Docteur Kawashima: pouvez-vous rester concentré?’
Jewel Master: Cradle of Egypt 2
The Hidden
Pet Zombies
Face Racers
Nano Assault
Hello Kitty Picnic with Sanrio Friends
Incroyablement Monstrueuse
Mystery Murders: Jack the Ripper
Funfair Party Games
Midnight Mysteries: The Devil on the Mississippi
Luigi’s Mansion 2
Monster Hunter 3 Ultimate
Castlevania: Lords of Shadow – Mirror of Fate
Les Croods : Fête Préhistorique
ATV Fever
Hello Kitty Picnic
3DS Jewel Quest 4 – Heritage
3DS Jewel Quest Mysteries 3 -The Seventh Gate
Fire Emblem: Awakening
Animal Crossing (titre provisoire)

Jeux dématérialisés Nintendo 3DS en 2013
Ghosts’n Goblins
Tokyo Crash Mobs
Fractured Soul
PICROSS e2
JUPITER
NightSky
Nicalis
ATV Wild Ride 3D
Renegade Kid
HarmoKnight
Harvest Moon
Legend of the River King
Pinball: Revenge of the Gator
MEGA MAN 2
Ninja Gaiden II: The Dark Sword of Chaos

Et la nintendo ds dans tout ça ?
Elle aussi semble être frappée du syndrome « j’ai-été-remplacée-par-une-console-de-dernière-génération-donc-je-n’ai-plus-droit-qu’à-quelques-nouvelles-sorties ». J’ai tout de même déniché un Devil Survivor 2 (février 2013), lui aussi lié à la série des Shin Megami Tensei.

Vous l’aurez remarqué : aucune nouvelle sortie en janvier 2013. Ces quelques pistes d’achats de jeux vidéo pour 2013 semblent bien minces mais hé : vous ne pourrez pas dire que vous allez vous ruiner l’année prochaine pour vos jeux Wii, DS ou 3DS !

PGW 2012 : c’était…

212 000 visiteurs pour cette troisième édition du Paris Games Week. Les visiteurs ont encore été nombreux pour ce qui est devenu l’unique grand salon de jeux vidéo sur Paris.

Journalistes, ménestrels du jeu vidéo, pigistes du monde digital et blogueurs influents ou non étaient quant à eux cordialement invités la veille pour la pré-ouverture.

 

Logo du Paris Games Week 2012 Tout ce beau monde ne se mélange pas forcément, les horaires d’arrivée définis pour chacune de ces catégories de chantres vidéoludiques étant différents. Ce n’est pas le plus embêtant.

Beaucoup trop de monde était invité aux dires de certains, beaucoup de « jeunes » parait-il. Probablement d’autres invités comme les blogueurs. En conséquence, les bornes de jeux sont prises d’assaut. Et c’est normal : les gros titres de cette fin d’année sont présentés : Black Ops 2, le nouveau Medal of Honor, Halo 4 sorti ce jour, le bien barré Far Cry 3, Hitman Absolution, Dead Space 3 qui ne sort qu’en février 2013 ou encore Assassin’s Creed 3 qui sort demain.

Ne parlons même pas de la Nintendo WiiU : impossible de l’approcher !

Ce n’est pas si grave car le plus important est de célébrer la grand-messe du jeu vidéo : le champagne a coulé à flot sur le stand d’Orange et on peut déguster pas mal de choses sur le stand Square Enix, Ubisoft, EA et M6 Mobile, entend-on, mais « l’entrée se fait uniquement sur liste, comme pour Activision l’année dernière ». Tant pis mais certains font le mur !

…c’était mieux avant

 

sur le stand Nadeo au Paris Games week 2012

- Cette année, il y avait peu de choses à manger me rapporte un blogueur qui a souhaité garder l’anonymat. On a dut se taper l’incrust’ sur le stand M6 Mobile (NDlR : il y avait une compétition de Game Contest sur un ring) pour pouvoir se remplir la panse !

On note moins de personnages déguisés (comprendre par là « babes » et autres « boys ») comme l’année derniere et que peu d’originalité sur les stands ; chez EA, on retrouve même les deux fliquettes du précédent Need For Speed. Ca sent la crise, même si l’opulence a gardé (une partie) de sa superbe. Le SELL ne porte pas ce nom pour rien !

Far cry 3 au Paris Games Week 2012

Moins de goodies sont distribués aux présents. Ou alors ils le sont pour le grand public, dès le lendemain ? Certaines mauvaises langues disent déjà qu’ils ont du tout filer à la presse entre 17h et 19h. Heureusement, il y a des stands sur lesquels on peut dépenser son argent pour des produits dérivés, au hasard des peluches et des mugs Angry Birds. Il n’y a pas que les oiseaux qui commencent à s’énerver.

Lapin Crétin au Paris Games week PGW2012

D’autres subissent pendant ce temps-là les effets de la bonne bouteille : « J’ai testé Angry Birds sur Nintendo 3DS…j’étais bourré, j’ai pas du activer la 3D car j’ai pas vu l’effet… ».

Voici ce qui m’a été conté de ce Paris Games Week 2012. Cet envers du décor contraste probablement avec les cinq jours d’ouverture au public où nul doute que le salon a rempli ses objectifs.

Grâce aux nombreux blockbusters prévus, le jeu vidéo se prépare a un bon Noël 2012.

Les commentaires ne fonctionnant plus, vous pouvez réagir à cet article sur Twitter (@blogjeuxvideofr) ou Facebook.

Paris Games Week

Happy 40th Anniversary @Atari

C’est le 27 juin 1972 que Nolan Bushnell et Ted Dabney fondent la société Atari. Tout débute en arcade avec Pong, un jeu simple et facile à prendre en main créé par Al Alcorn, adapté par la suite en version connectable à un téléviseur. Le jeu vidéo entre en masse dans les foyers grâce à ces machines…et les clones du jeu également, fabriqués par une multitude de constructeurs qui se lancent massivement sur ce nouveau marché.  On notera que Nintendo et SEGA feront leurs premiers pas dans le jeu vidéo en développant des clones de Pong, respectivement Color TV Game 6 (1977) et Pong-Tron (1973).
Des liens très forts seront tissés avec Namco, qui rachètera tout à tour Atari Japan (1974), la division arcade Atari Games (1985) puis le réseau de distribution d’Atari-Infogrames hors USA (2009).

image atari pong

Fort de ce succès, d’autres variantes de Pong seront réalisés par Atari jusqu’au développement de leur première console de salon : l’Atari VCS (1977) ou Atari 2600 comme elle sera renommée à partir de 1982. Il s’agit toujours de la console de jeux vidéo à la plus longue longévité : la production de l’Atari 2600 cessera en 1992 !
Cette machine a créé une véritable révolution, parmi lesquels :
- le joystick
- le joystick sans fil (ondes radio)
- l’un des 1er services de jeux vidéo en streaming
- le contrôle de jeu « par la pensée » via le bandeau MindLink
- une planche de contrôle façon Wii Balance Board : le JoyBoard
- involontairement, Atari a créé les premiers éditeurs tiers, dont Activision, actuel numéro 1

Devenu un véritable géant en s’accaparant la quasi-totalité du marché, l’entreprise est revendue à Warner Bros ; elle représentera jusqu’à 1/3 de son chiffre d’affaires. Elle devient une véritable entreprise high-tech et se diversifie :
- vidéotéléphonie avec Ataritel
- intéraction homme-machine et réalité virtuelle avec les laboratoires de  l’Atari Research
- parc d’attraction avec Atari Adventure Centers
- machines médicales avec l’Atari Bionics System et le Vidcom I
- fabrication de flippers en Europe et de jukebox

flyer Flipper Atari HerculesCôté jeux vidéo, de nombreux projets resteront à l’étape de prototypes comme l’Atari Cosmos avec son affichage holographique. Les Atari 5200, 7300 et Lynx (première console 16-bit, première console à écran en couleur, première console en réseau à 8 joueurs, première console à capacité 3D, ambidextre)

Le krach de 1983 aura raison du secteur du jeu vidéo. L’arrivée de Nintendo en 1985, qui avait proposé à Atari de distribuer la Famicom sous son propre nom, signera la fin d’Atari sur le marché des consoles. Atari ratera également la distribution de la Megadrive aux USA mais rencontrera à nouveau du succès avec ses ordinateurs personnels, jusqu’à l’arrivée des PC.

Si Atari aura généré 415 millions de dollars en 1978, les pertes s’élèvent à 536 millions en 1984. Warner Bros vend Atari Corp au fondateur de Commodore et conserve avec Namco une part dans la division arcade Atari Games.

La Jaguar sera l’ultime console du constructeur américain, avec l’échec qu’on lui connait malgré les promesses du Jaguar CD et du kit de réalité virtuelle avec le leader Virtuality. En 1996, Atari disparaît, se faisant absorber par Hasbro, puis un constructeur informatique obscur avant d’intégrer le groupe Infogrames, actuel détenteur des licences Atari.

Depuis quelques années, Atari se concentre sur les jeux retrogaming pour iPhone et les jeux online gratuits. Toujours coté en bourse, l’entreprise n’a plus rien à voir avec celle des origines, malgré un retour au conseil d’administration de Bushnell, jeté de son entreprise 30 ans plus tôt.

Pour fêter ses 40 ans, quelques rares opérations marketing ont été prévues par la firme comme un concours de développement Pong sur iOS et Android, des jeux Atari sur des paquets de céréales aux Etats-Unis et…je crois que c’est à peu près tout !
Pas de nouvelles consoles dédiées au retrogaming comme on pu l’être les Atari Flashback, pas de compilation spéciale 40 ans (on en a eu droit à toutes les sauces depuis une quinzaine d’années déjà, mais quand même !). Tout juste, Atari indiquait hier les finalistes du Pong Indie Developer Challenge, des offres spéciales et des concours  sur son site web.

Atari, la fin de tout un pan de l’Histoire des jeux vidéo.

 

Grand Theft Auto fait son entrée au Musée

Si vous aimez l’art, vous connaissez forcément le Victoria and Albert Museum à Londres connu pour ses expositions en tout genre. British Design 1948–2012: Innovation in the Modern Age est leur dernière création. Une célébration des contributions britanniques au monde de l’art et du design de l’Après-Guerre, de la période d’austérité des Jeux Olympiques de 1948 aux Jeux Olympiques de cet été qui prendront place à Londres même.

Jusqu’au 12 août 2012, l’expo présente chaque titre de la franchise Grand Theft Auto en mettant en avant l’innovation des métropoles animées et du gameplay à monde ouvert. L’exposition propose une vidéo retraçant l’histoire de la série GTA et bien plus.

La série a beau se dérouler dans des environnements typiques américains, c’est une boîte écossaise, DMA Design (aka Rockstar North de nos jours), qui se trouve à l’origine de cette franchise multi-millionnaires.

Metal Gear fête ses 25 ans en France avec Uniqlo

A partir du 2 mai 2012, les deux seuls magasins actuels de la chaîne Uniqlo à Paris Opéra et à La Défense célèbreront les 25 ans de la saga de Konami : Metal Gear.

Les t-shirts UT Metal Gear seront à nouveau en vente en édition limitée, dans 10 nouveaux modèles pour le prix de 19,90 euros.

Mais ce n’est pas tout puisque le magasin situé à Opéra proposera le jour du lancement des animations rétrogaming dont on ne se plaindra pas : 8 versions old school sont ainsi annoncées (su MSX ? NES ?) pour retracer l’histoire de la saga, de 1987 à 2012.

Le 10 mai à partir de 10H00, un concours de cosplay sera organisé. Pris en photo, les meilleurs cosplayers seront soumis à Kojima et son équipe, avec à la clé des cadeaux bien sympathiques :
- une version du jeu Risk de Metal Gear Solid jamais sorti en France officiellement (merci Hasbro !)
- une figurine Metal Gear Solid de Square Enix
- un bon d’achat UNIQLO de 200€

Le 10 mai de 18h00 à 20h00, Hideo Kojima et Yoji Shinkawa se prêteront au jeu des dédicaces pour le plus grand bonheur des fans !
Paré pour l’événement ?

Yoji Shinkawa

Battleship : Touché ? Coulé !

La licence de jeu de société de Hasbro sort aujourd’hui en Europe (bizarrement le 15 mai en Amérique du Nord) : Battleship va t-il toucher le coeur des gamers ou couler dans les abysses des adaptations de films en jeux vidéo ?

Battleship, qui est livré sans Rihanna, mélange stratégie et jeu d’action à la première personne. On ne sait pas s’il deviendra un blockbuster comme le film, mais Battleship vous place dans la peau de Cole Mathis, un officier de première classe spécialiste des explosifs.

Il vous faudra surveiller votre radar et déployer des frappes aériennes afin de dominer le champ de bataille maritime. Verrouiller et charger un arsenal d‘armes comme des mitraillettes et des lance-missiles pour renvoyer  les envahisseurs sur leur planète font partie de vos différentes missions dans cette improbable bataille navale extra-terrestre.

Alors : touché ou coulé ?

Premiers pas sur…The 3rd Birthday (PSP)

24 décembre 2012. New York est assaillie par une armée de monstres venus des profondeurs de la Terre. Les Mayas nous avaient prévenu*. Square Enix les a écouté. The 3rd Birthday sur PSP raconte l’histoire de Aya Brea, membre du CTI, sorte d’organisation antiterroriste créée pour lutter contre cette menace appelée « Twisted ».
Alors qu’elle dispose déjà d’un corps de rêve grâce au travail du designer Tetsuya Nomura, Aya possède la capacité d’intégrer celui des autres (l’Overdive) – en conservant toutefois le sien visuellement, pour le plaisir des yeux -  et est projetée dans le passé dans le cadre de différentes missions visant à empêcher la venue destructrice des Twisted. Un scénario tordu je vous l’accorde.

On notera avant toute chose que The 3rd Birthday est un jeu d’action à la troisième personne en anglais uniquement. Personnellement, ça ne me gêne pas ; cette absence de localisation en français témoignait déjà, plusieurs mois avant la sortie de la PS Vita, de l’arrêt des dépenses en traduction/localisation dans le développement de jeux PSP.

On est accueillis par un générique reprenant différentes séquences CGI ainsi que de rares phases de gameplay. Comme à l’habitude avec Square Enix, les cinématiques sont rudement belles ! Ce sentiment est amoindri une fois qu’on se lance dans le jeu par une ambiance graphique plutôt sombre et des décors peu chatoyants.
Normal, c’est l’apocalypse !

On avance dans la ville ou dans des bâtiments selon un principe de couloirs. On se déplace avec le stick analogique, la croix de direction permettant de passer d’une arme à une autre. On dispose d’un bouton de tir et un autre permettant de lancer une grenade. Le bouton X permet d’effectuer des actions limitées (sauter des barrières, grimper/descendre des échelles…) ainsi qu’un déplacement d’esquive.
Rien de bien transcendant côté gameplay. Ce type de jeux d’action à la troisième personne se trouve vite limité par l’absence d’un deuxième stick analogique. Et comme la caméra ne suit pas l’action comme on le voudrait, il faut sans cesse avancer et régler la caméra si on veut voir à l’avance ce qui nous attend plus à l’avant dans le niveau. Frustrant, malgré une visée automatique et la possibilité d’indiquer à ses coéquipiers les cibles à canarder à l’unisson.

The 3rd Birthday devient aussi vite répétitif malgré son système bien foutu et simple de changements de corps. L’idée étant à la fois de se rapprocher de ses cibles, avec éventuellement de meilleures armes, et de garder le plus de soldats/humains en vie. Car cela compte dans votre score en fin de niveau.
La barre d’énergie se recharge avec le temps, ce qui n’empêchera cependant pas votre personnage de mourir souvent, en particulier lors des phases de poursuite Reaper dans lesquelles un gros monstre balèze vous court derrière, la fuite via l’Overdive demeurant alors votre seul salut.
Face à certains boss, il va falloir découvrir leurs points faibles et non pas se contenter de tirer bêtement dans le tas ; l’Overdive est souvent nécessaire pour arriver à vos fins là-aussi.

Les armes, par contre, sont limitées en cartouche. Il est plus que conseillé de les customiser avant d’aller batailler. On peut par exemple augmenter la capacité, la précision mais aussi upgrader son personnage via un système de répartition de points BP pas très facile à appréhender.
Un côté RPG donc, applicable également aux costumes, aux armes que l’on peut acheter et améliorer. D’ailleurs, mon personnage n’a toujours pas eu l’occasion de changer de vêtements : du coup sa tenue sexy de combat se réduit comme peau de chagrin et, me connaissant, je doute que je la lui en fasse changer…:)

L’histoire de The 3rd Birthday paraît bien “brouillon”, avec une héroïne amnésique dotée d’étranges pouvoirs et des voyages dans le passé dans lesquels on se perd parfois. Le tout est desservi par une bande son qui ne colle pas du tout à l’ambiance mais qui a le mérite de vous indiquer quand il n’y a plus de Twisted à abattre, histoire de relâcher le stress.

C’est la version The 3rd Birthday: Twisted Edition que je me suis procurée grâce à un comparateur de prix en ligne. Le prix n’était pas si cher mais le contenu de cette édition est quand même bien  léger. Outre un boitier de couleur rouge rangé dans une boîte en carton souple, celle-ci contient 2 petites lithographies, un petit artbook de 48 pages et deux codes pour télécharger le costume de Aya dans Dissidia 012 Final Fantasy ainsi que 50% de réduction sur Final Fantasy II.

Un happy (3rd) birthday?

Ces quelques heures avec The 3rd Birthday me laissent quelque peu perplexe : l’action reste bourinne dans l’ensemble et les changements de corps ne font plus leur effet à la longue. Le scénario incompréhensible limite fortement l’immersion du joueur. C’est peut-être pour cela que la série Parasite Eve n’a jamais été distribuée officiellement chez nous ?
Graphiquement, je n’ai pas trouvé le jeu si beau ; c’est peut-être à cause de mes expériences récentes sur PS Vita cela dit. Il n’est pas horrible, loin de là, mais outre une Aya (trop) bien modélisée, le reste n’a pas su me convaincre.

Si vous avez envie de passer un bon moment avec votre PSP, The 3rd Birthday risque de vous intéresser. Si vous recherchez cependant un bon TPS, je vous recommande plutôt Resistance Retribution. Autrement, attendez que son prix s’affiche à celui des jeux PSP Essentials avant (moins de 10 euros).

* Les Mayas indiquent un changement radical à l’échelle mondiale le 21 décembre 2012 à ce qui se dit.

Premiers tours de roue sur…Need For Speed The Run (Xbox 360)

Après un épisode Shift2: Unleashed très orienté racing/simulation, Need For Speed tente de revenir aux bases arcade de la série en proposant un nouvel épisode, The Run, bénéficiant d’une scénarisation filmique et même de séquences sans voiture, à pied !

Need For Speed The Run : the movie

C’est clairement du côté des films d’actions que se dirige Need For Speed – The Run : le nom du héros tout d’abord, Rourke, emprunté à un célèbre acteur hollywoodien, le doublage des voix originales et la motion capture ensuite, avec Christina Hendricks (Mad Men) et Sean Faris (Vampire Diaries) ; même Michael Bay s’y est mis ! Et aussi, les scènes cinématiques caméra à l’époque, le tout pour soutenir un scénario du jeu qui reste pourtant simple : Jack Rourke doit participer à la course de sa vie en reliant San Francisco à New-York et affronter sans règle aucune 200 concurrents sur 10 décors grandioses nord-américains. L’enjeu : empocher une partie de la coquette somme promise au vainqueur qui lui servira à payer ses dettes à la mafia.

On débute donc Need For Speed: The Run bon dernier et il faudra batailler pour monter sur la première place du podium, en dépassant les concurrents et en faisant fi de la police, de ses barrages routiers et autres hélicoptères, voire la mafia elle-même (bien décidée à conserver son butin ?) et les événements climatiques/géographiques lors de phases précises du jeu.
A notre disposition, de superbes bolides – comme en exclusivité la Pagani Huayra prévue au printemps 2012 mais déjà présente dans le jeu – dont la maîtrise se fait sans accroche, avec l’aide de boosters (jauge de nitro). On pourra aussi s’aider de raccourcis accessibles sur certaines portions de cette longue chevauchée automobile. Enfin, « longue » si on se base sur les distances réelles Ouest-Est parce que la durée de vie du jeu reste dans les standards actuels peut-on lire un peu partout…

Need For Speed: The Walk ?

On commence le jeu dans une voiture, certes, mais par une séquence de QTE en pleine cinématique ! Déroutant quand on s’attend à un jeu de course mais révélatrice des choix de narration typique des jeux actuels. EA a voulu innover en proposant des séquences pédestres : ainsi, vous pourrez descendre de votre bolide durant certaines phases de jeu (!).

La course reste bien sûr le point principal du jeu : 10 étapes contenant chacune 5 épreuves différentes. Une course qui finalement ne se compose que de défis variés, probablement pour casser la monotonie d’une course unique de bout en bout d’un pays ?
On perd du coup ce sentiment de continuité
et, avec, la liberté qu’on était en droit d’attendre de ce Need For Speed The Run : à vouloir trop scripter, on obtient un titre très dirigé. Mais je vous laisse le son de tester par vous-même pour mieux comprendre.
On va toutefois pouvoir débloquer en cours de route d’autres véhicules et des défis qui, si basiques, apportent tout de même un intérêt supplémentaire au titre.
A noter que le jeu fonctionne sous un système d’expérience qui augmentera selon votre style de conduite et votre position dans la course.

Need for Speed the Run: downloading, please wait

Le gros point noir du jeu, c’est bien les temps de chargement ! Inexplicablement longs, vous allez les maudire ! Car alors que Need For Speed: The Run se veut un jeu d’action sur route, le rythme se trouve rapidement cassé par les pages de chargement. On notera aussi des flashbacks automatiques dès que vous sortez des sentiers battus qui vous replacent au dernier checkpoint…grrrrrr !

Need for Speed the Run: il passera la seconde ?

On a aimé les beaux bolides du titre d’Electronic Arts, que l’on pourra changer en ne ratant pas les stations-services sur le trajet. Les modèles sont variés : super cars, muscle cars, etc. mais leur maniement et comportement sont très peu différents au final.
Les décors sont souvent très très sympas. Graphiquement,le moteur Frostbyte 2 s’en sort rudement bien. On ne manquera pas de déceler certaines textures faisant tâche ou autres petits bugs inévitables dans les jeux en 3D.
La bande son colle parfaitement à l’action et au grand spectacle que propose The Run.
Ces premiers tours de roue sont plutôt positifs pour le moment : le jeu demeure sympa à jouer mais il manque un petit quelque chose.
Par contre, EA a rajouté un petit « plus » qui fâchera les adeptes des jeux d’occasion : et oui, le jeu contient bien le Online Pass pour profiter des parties en ligne :(