Saints Row 2 : test Xbox 360

Partagez cet article de jeux vidéo sur :

    Pour inaugurer mon premier test sur ce blog, c’est Saints Row 2 sur Xbox 360 qui s’y colle. J’avais pu assister au Fan Day il y a quelques jours de cela et voici donc mes impressions sur le jeu.

    Tout d’abord, je viens juste de le commencer ; étant le joueur lambda, il me faudra bien plus des 25 heures de jeu annoncé par le Producer France de THQ. Et je ne ferai pas de comparaison avec GTA IV puisque je ne l’ai pas essayé, ni Saints Row premier du nom auquel je n’ai pas pu jouer non plus.

    Une histoire de Saints
    Saints Row 2 débute comme un épisode de Prison Break façon bourrin. Le personnage principal dont on ne sait rien (ouais, bon…) se trouve dans l’infirmerie de la prison de Stilwater après un long coma. C’est alors que l’on choisi et « customise » son personnage (homme ou femme d’ailleurs). Décidé à quitter cet endroit, on se fait la malle avec un autre détenu, Carlos, qui nous en apprendra un peu plus sur notre ancienne bande, les Saints, éparpillés suite à la disparition de leur leader.
    La trame est lancée : il va falloir remonter la bande et se faire respecter dans la nouvelle ville de Stilwater tombée sous l’escarcelle de Ultor Corp et convoitée par 3 bandes rivales : les Sons of Samedi, les Ronin et les Brotherhood.

    Cachez ce Saint que je ne saurais voir
    L’une des grandes forces de Saints Row 2 est son interface de personnalisation. Quasiment tout est personnalisable : voix, sexe, type, âge, cheveux, vêtements, expressions…la palette des possibilités est énorme ! Quand on pense qu’on pourra encore customiser le personnage durant le jeu, on se dit que les programmeurs doivent être fans des Sims !

    Mais vous n’aurez pas ma liberté de penser
    L’autre force du jeu, c’est la liberté qui nous est laissée. De multiples activités sont disponibles sur (l’énorme) carte du jeu : prise d’otage en voiture, course et pilotage d’hélicoptère sont quelques unes des activités marrantes à tester. Ainsi, on joue comme on veut. Si on a envie de découvrir la ville à sa guise plutôt que de commencer les missions, on peut le faire. Et n’ayant que commencé récemment, je suis sûr que le jeu apporte son lot de surprises !

    T’en veux engore ?
    Oui, le jeu est violent. Oui, le sang gicle. Les conducteurs des voitures percutées sont éjectés par le pare-brise lors de forts chocs, on peut trucider les passants (dont certains ripostent au couteau !), les écraser, les insulter (ou les saluer courtoisement)…mais on est dans la dérision ! Le jeu ne se prend pas au sérieux, et c’est ça qui est plaisant !

    Verdict
    Saints Row 2 est un jeu plaisant qui permet de défouler ses nerfs (et de refouler ses envies de meurtre). Oué gro : Saints Row 2, ça déchire grave !

    Partagez cet article de jeux vidéo sur :

      Comments are closed.