Tag: PlayStation Move

Activision s’offre Angry Birds !

Le célèbre jeu de Rovio Mobile était déjà présent sur le Playstation Network. Activision annonce aujourd’hui Angry Birds La Trilogie, une compilation des trois blockbusters originaux (Angry Birds, Angry Birds Seasons et Angry Birds Rio). Le jeu sera disponible sur support physique, sur Kinect pour Xbox 360, sur PlayStation 3 compatible Move, et sur Nintendo 3DS.

jaquette Angry Birds Trilogy PS3
Le communiqué de presse reçu en soirée indique que Angry Birds La Trilogie offrira des « graphismes HD » (on ne rigole pas) avec « un gameplay entièrement nouveau sur consoles de salon » (ça, OK), alors que « la version Nintendo 3DS sera la véritable première nouvelle expérience Angry Birds sur console portable » (pas faux).

Le communiqué de presse venant d’Activision, j’ai cru à un moment qu’ils s’étaient offerts Angry Birds : que neni, ils ont juste « sécurisé » les droits de distribution de la licence sur consoles next-gen. La compilation sortira cet automne.

Angry Birds

Le Chat Potté : Incursion dans le Passé d’un félin

Sorti le 25 Novembre et développé et produit par les studios de THQ, Le Chat Potté, (Puss in Boots) inspiré du film d’animation à paraître ce mercredi dans les salles, est un jeu d’action/plateformes destiné aux enfants. Le célèbre et adorable chat de la série Shrek sort les griffes et l’épée de retour dans sa ville natale. Le jeu, à l’instar du film, nous replonge dans le passé du matou qui courait après les haricots magiques dans le but de trouver l’oie aux œufs. Il est accompagné dans sa quête par la mystérieuse Kitty (chatte noire enivrante) et Humpty Dumpty. Le Le Chat Potté est pensé pour le PS Move puisque le héros se déplace tout seul et qu’il suffit d’agiter le Move pour effectuer toutes sortes d’actions, cependant le titre fonctionne également correctement à la manette.

Aux allures de film interactif, bénéficiant d’une réalisation plutôt soignée, le chat Potté offre de nombreuses séquences de combats ou il faut davantage bourriner que rechercher le beau mouvement tactique pour vaincre la garde de l’ennemi. Optez pour des déplacements latéraux afin de faire face à certains éléments de l’environnement pour y projeter un opposant (cactus, puit, tonneau…). Pour votre défense, diriger tout bonnement votre lame en direction de l’attaque. En marge des phases d’action, des grimpettes sur les murs, d’une séance d’équilibre sur un fil etc., Potté passera en mode infiltration en avançant pas à pas façon 1,2,3 soleil. Par ailleurs, vous aurez l’occasion d’effectuer quelques actions plutôt rigolotes comme bercer des bébés cochons afin qu’ils ne donnent pas l’alerte et vous pourrez vous la jouer un peu façon Dancing Party à certains moments.

L’ensemble du jeu fonctionne donc plutôt bien mais c’est sans compter sur une indéniable répétition pour un soft peu creusé. L’assistanat et le manque d’action à certains moments plombent quelque peu l’aventure. Les décors manquent de détails et de renouvellement tout comme les actions disponibles.       
On a vite fait le tour des options proposées une fois qu’on a brandi sa lame, griffé, filé un coup de patte ou envoyé valdinguer sa guitare sur les assaillants qui ont à peu près toujours la même tête.                           
La durée de vie de ce jeu à couloir est très courte (environ 3 heures) ce qui est dommage vu le caractère tout à fait agréable que revêt le scénario. Les défis trop peu nombreux ne rehaussent guère la longévité du jeu qui se destine aux petits qui n’auront pour une fois aucun mal à s’en sortir, pouvant rejouer les niveaux de leur choix. On a aimé la bande son très latino et western et les doublages en français de grande qualité, le tout appuyé par certaines cinématiques au rendu original. Un jeu donc à réserver aux enfants fan du fameux félin.

Article rédigé et mis en ligne par GameLord pour le BlogJeuxVideoFree.

Kenza s’est essayée à DanceStar Party (Playstation 3)

Après Coline hier, Kenza s’est elle aussi trémousser sur DanceStar Party sur PS3. Le jeu est compatible PlayStation Move et se joue de préférence à plusieurs.

A suivre : Mr Poulpe danse sur DanceStar Party

DanceStar Party

Winter Stars : les sports d’hiver passent Gold

Il y a divers sports dans le titre spécial sports d’hiver de Deep Silver. Prévu pour le 24 novembre, l’éditeur nous apprend que Winter Stars est entré en phase de production. Plus communément, on dit que le jeu « est passé Gold ».

Ce nouveau titre compatible Wii Balance Board, PS Move et Kinect permet d’affronter des adversaires virtuels et réels (jusqu’à 4 joueurs en ligne ou non) dans pas moins de onze disciplines : paraski, curling, motoneige, bob à quatre, ski alpin descente, patinage artistique, biathlon, ski alpin freeride, snowboardcross, vol à ski et piste courte.

Le mode solo propose de gérer sa carrière, le tout saupoudré d’un système d’évolution du personnage et de son matériel. Ce mode inclut également des défis additionnels tels que des sessions d’entraînement.

Pour les inconditionnels des sports divers d’hiver.

Papy fait de la Résistance 3 depuis mercredi

Depuis sa Retribution en 2009 sur PSP, Papy s’était fait un peu discret, sa dernière aventure sur PS3 datant déjà de près de 3 ans (cf. Papy fait de la Resistance 2 ?).
Tour à tour Nathan Hale durant les deux premiers volets, puis James Grayson sur l’épisode Portable, Papy nous revient sous les traits de Joseph Capelli dans Resistance 3, avant de tirer sa révérence pour de bon ?


Sony Computer Entertainment croit à ses chimères. Resistance 3 se déroule aux Etats-Unis après l’invasion chimérique de l’épisode 2. Le FPS apporte son lot de nouveautés :
- jeu en 3D relief
- compatibilité PlayStation Move
- Gare Resistance sur le PlayStation Home permettant d’affronter les Chimères sur un nouveau champ de bataille
- possibilité de transporter plus d’armes et plus vous les utilisez, plus elles s’améliorent

Vous incarnez Joseph Capelli lors d’une mission périlleuse à travers les États-Unis dans le but de sauver ce qui reste de l’humanité.
Quatre ans après l’invasion brutale des Chimères dans Resistance 2, près de 90 % de la population mondiale ont été massacrés ou transformés en soldats ennemis. Déchargé de son devoir sans les honneurs, Capelli vit désormais à la lie de la société avec sa femme et son fils, à Haven, dans l’Oklahoma, à l’intérieur d’un bunker souterrain.
Quand le Dr Fyodor Malikov découvre le moyen de porter un coup fatal aux occupants chimériens, Capelli n’a pas d’autre choix que de quitter sa famille et de partir pour un voyage épuisant de l’Oklahoma jusqu’à New York City…

Resistance 3 est disponible depuis mercredi 7 septembre 2011, uniquement sur PlayStation 3.

Avant-première Child Of Eden

Tetsuya Mizuguchi dévoilera prochainement le successeur spirituel de son génial Rez. Prévu pour le 16 juin sur Xbox 360 (en septembre pour la version PS3), Child Of Eden associe comme son aîné bandes sons originales et univers graphiques stylés, saupoudré cette fois-ci d’une touche de Kinect en ce qui concerne la version Xbox 360 et de PS Move pour la PlayStation 3.

Vous pourrez découvrir ce jeu distribué par Ubisoft dès le mercredi 18 mai 2011 de 16h à 18h, à l’occasion du Salon Fnac du jeu vidéo au Forum des Halles à Paris. Cette avant-première sera suivie d’une dédicace exclusive avec Tetsuya Mizuguchi en personne.

De plus, les 100 premières personnes à réserver le jeu à la Fnac ce jour-là se verront offrir un t-shirt exclusif Child Of Eden.

Je vous propose pour ma part de visionner cette playlist Child of Eden qui vous donnera une idée du jeu et de son gameplay.

Q Entertainment

Socom Special Forces : un TPS convainquant infiltre votre PS3

Retour sur SOCOM Special Forces, le nouvel opus de la série SOCOM développé par Zipper Interactive et sorti fin avril en exclusivité sur Playstation 3. Attendu avec un engouement non dissimulé, ce nouvel épisode qui privilégie l’action à la tactique a de quoi convaincre les amateurs de war games.

Socom Special Forces vous met dans la peau de Cullen Gray, soldat us caricatural et capitaine de l’OTAN qui doit diriger une escouade d’élite dans un pays asiatique envahi de terroristes et parsemé de zones de conflits. Vous devez lors de combats musclés à grands coups de mitraillettes, fusils, grenades et toute une panoplie d’autres guns, donner des ordres à vos soldats et commander des frappes aériennes. Ceci s’effectue par l’intermédiaire d’un système de commandes intuitif et simple (usage de la croix directionnelle). En gros, vous n’avez qu’à indiquer à vos équipiers où se positionner, chaque point choisi devenant un point de passage ou une destination finale. Vous pouvez leur donner une cible prioritaire qu’ils abattront immédiatement ou après confirmation de l’ordre si vous maintenez la touche enfoncée. L’ordre le plus indispensable reste le regroupement. On notera que les équipiers réagissent plutôt bien, se plaçant la plupart du temps à l’endroit stratégique souhaité en suivant les ordres tactiques du héros. De plus, ils sont à même de s’entraider lorsqu’un membre est touché. L’I.A reste cependant un peu poussive selon les situations et l’on a tendance à opter pour un mode de combat bourrin en laissant de coté l’aspect stratégique pas indispensable pour obtenir le succès.

En dehors de ça, les affrontements sont haletants et immersifs, la réalisation et la mise en scène étant tout particulièrement soignées. La bande sonore utilise des thèmes musicaux de très bon acabit, un petit  bémol se glissant dans le doublage français peu réussi. On aura la possibilité d’incarner une femme, unique personnage un peu étoffé au coté de Cullen Gray, soldate au gameplay bien ancré infiltration avec armes silencieuses et niveaux nocturnes ce qui contraste quelque peu avec le rythme suivi au commandes du héros principal. On reprochera au titre une difficulté pas assez poussée et un manque de challenge. En effet, notre héros peut souvent faire le ménage tout seul sans donner trop d’ordres et il est somme toute relativement aisé de ne pas se faire repérer à travers la dizaine de missions qui vous attendent entre sabotage, infiltration, destruction, tueries…et qui vous prendront 7/8 heures à boucler.

Coté Multi, SOCOM : Special Forces propose différents modes de jeu en ligne. A 32 joueurs sur des cartes attrayantes, vous prendrez part à des combats musclées avec les classiques deathmatchs et récupération de points ou de données stratégiques. Conventionnel mais fun. Enfin, le mode bomb squad plus original quand à lui propose de sécuriser un spécialiste en explosifs, tandis que l’équipe adverse s’évertuera à le débusquer pour le descendre. Enfin des missions scénarisées sont proposées en mode 4 joueurs. Un mode en ligne somme toute très correct.



Sans révolutionner le genre SOCOM : Special Forces n’en demeure pas moins un jeu de guerre digne de ce nom, divertissant et à l’efficacité avérée sans être transcendant du fait d’un I.A un peu faiblarde et de scénarios de missions qui auraient peut être un peu plus inspirés.

Premiers pas sur…Killzone 3 (PS3)

Sorti le 23 février, ce titre très attendu s’est fait avalé par ma console pour un test en compagnie de mon acolyte Olivier.
Un test de LordSavoy.

Petit rappel pour les novices : dans Killzone 2, les troupes de l’ISA, l’armée terrienne, ont envahi la planète Helghan afin de capturer le leader Helghast, Scolar Visari.
Dans Killzone 3, l’arrestation ayant mal tourné, on voit Visari baignant dans son propre sang sur le carrelage de son palais et les dirigeants Hellghast réclamant vengeance, avide de suprématie ! Vous devez à l’aide d’autres soldats de l’ISA combattre l’armée hellghast afin de contrer les plans diaboliques d’invasion de la Planète Bleue pour y faire régner le chaos.

On démarre le jeu dans la peau de Sven, membre de l’unité Alpha des forces spéciales de l’ISA, étrangement déguisé en Hellghast avec un autre soldat. On ne sait pas trop qui est représenté par le joueur 2, c’est assez flou car apparemment aucune scène n’a été conçue pour cela.
On se pose la question : est ce qu’on joue les Hellghast dans ce troisième volet de Killzone ? La réponse vous l’aurez très rapidement une fois passé l’entrainement aux armes et une fois être sorti de la base hellghast. L’explication, elle, viendra plus tard lorsque vous revivrez cette scène déguisé en soldat ennemi.

On démarre l’aventure de Killzone 3 avec un fusil d’assaut comme arme primaire, un revolver et un couteau pour le combat rapproché ainsi qu’un lot de grenades. Par la suite, vous prendrez les commandes de grosses machines de destruction (un exosquelette notamment) avec une certaine liberté, comme avec le jet pack, mais beaucoup plus restreintes lorsqu’il s’agit de tanks ou on parlera de tir sur rail pur, un peu moins stimulant. En outre, il faudra faire usage de bon nombre de tourelles pour dégommer à volonté en laissant R1 bien enfoncé :)

Les tourelles sont en mode « take away » ce qui est fun. Pour les accros du corps à corps, vous aurez la  possibilité d’effectuer des « finish moves » bien violents. En usant d’un bon timing avec le bon angle, vous pourrez ainsi admirer Sev crever, égorger, priver de leur yeux les Hellghasts avec une vigueur impressionnante. Pour les fous de la gâchette, il faut ajouter le lance roquettes, le fusil à lunette, la sulfateuse, shotgun, minigun….bref un arsenal assez complet même si parfois capricieux, nécessitant recharges fréquentes ou combat rapproché pour obtenir la précision de tir et le taux d’impact suffisant, ce qui dans le fond reste, selon le cas, plutôt réaliste ou pas, pour expédier en enfer des Hellghasts parfois assez coriaces (mutants avec armures blindés).
Le tout à travers de splendides cinématiques dans un jeu d’une grande qualité graphique, d’une grande fluidité, haletant et palpitant dans des décors à la fois futuristes et chaotiques fourmillant de détails.

L’animation dans Killzone 3 est excellente, la physique époustouflante, magnifiques jeux de lumières, rendu brillant de la neige, de la poussière, de la fumée et de ses explosions à tout va très réalistes. Coté bande son, on en prend plein les oreilles avec de belles compositions épiques et des bruitages très réalistes.

Pour revenir au mode coop, il souffre quelque peu d’un affichage décalé sans aucune option de configuration, ce qui est un peu dommage. Le bon point du mode coop, c’est de pouvoir s’envoyer une décharge de revival gun pour se réanimer lorsqu’on est bien blessé, car on ne peut hélas pas toujours compter sur les autres soldats dont l’IA est inégale selon la situation. On relèvera un niveau de difficulté accru dans ce nouvel épisode où les morts soudaines et fréquentes sont de mise, d’où la grande utilité de la réanimation. Entre deux points de contrôle, le respawn nous ramène la plupart du temps après un moment  important en évitant de devoir recommencer depuis le dernier point  lorsqu’on meurt juste avant le passage au niveau suivant.

La campagne demeure assez uniforme, très scriptée, avec un scénario somme toute peu original, des personnages un peu trop caricaturaux, une trame narrative un peu pauvre en comparaison à l’épisode précédent, avec souvent des situations assez invraisemblables où l’on passe sous les mâchoires d’une immense usine mobile sans une égratignure, où l’on est assis tranquillement sur un petit vaisseau lancé à plein vitesse sans vaciller…. mais la mise en scène étant gigantesque, la réalisation étant très réussie, le plaisir du jeu est bien là, avec une atmosphère et un rendu dignes d’un bon documentaire de guerre :)
En définitive, l’aventure solo de Killzone 3 vaut le détour ! Et ce malgré une durée de vie assez courte, 6/7h environ mais non moins intense et efficace, un bon défouloir bien prenant.

killzone 3

Virtua Tennis 4 annonce les points

Cela semble être souvent le cas chez SEGA : Virtua Tennis 4 sortira d’abord en Europe (le 29 avril) avant de lifter l’Amérique du Nord le 10 mai. Le jeu sera compatible Kinect et PlayStation Move, pour offrir des sensations proches de celles que peut offrir la reconnaissance de mouvements de la version Wii.

Les points sur lesquels SEGA insiste avec cette nouvelle mouture : proposer certes les plus grandes stars actuelles du tennis mondial comme Rafael Nadal, Roger Federer, Andy Murray, Juan Martin Del Porto ou encore Caroline Wozniacki. Mais surtout, on nous annonce la possibilité de faire évoluer les capacités physiques de son joueur au fil des matchs et la prise en compte de vos décisions dans le court ou hors du court, qui aura des conséquences sur votre progression dans le jeu.

virtua tennis

Killzone 3 : sortie Move-mentée en 3D ?

C’est donc avant-hier que les joueurs PS3 ont pu mettre la main sur Killzone 3, le FPS de Guerilla qui revient dans une mouture compatible 3D relief et PlayStation Move.
En attendant de pouvoir vous proposer un test, voici ce à quoi vous attendre avec ce FPS immersif.

Voir le site web officiel Killzone 3

Scénario de Killzone 3

Dans la peau de Tomas « Sev » Sevchenko, vous reprenez les armes juste après la fin des événements de Killzone 2.
L’empereur helghast Visari mort à vos pieds, ce n’est pas à la chute de l’empire que vous assistez mais à un gigantesque soulèvement de vaisseaux et de troupes, bien décidés à vous écorcher vif.  Votre objectif est simple : survivre et fuir. Le réaliser le sera beaucoup moins.
Il faudra faire face aux ravages de la guerre nucléaire, traverser la capitale dévastée de Pyrrhus et affronter les Helghasts.

Tandis que vous luttez pour votre vie, les Helghasts ont une crise à régler. À Pyrrhus, dans les coulisses du pouvoir, une lutte épique oppose l’amiral Orlock et ses stratégies brutales au Président Stahl, homme dont les complots sont plus subversifs, qui est à la tête d’un terrifiant projet armé. Seulement, leurs querelles ne font qu’augmenter la férocité des soldats que vous croiserez en route.  S’adapter ou mourir. Combattez les Helghasts avec leurs propres armes et tactiques, ou vous ne quitterez jamais leur planète vivant.



killzone 3