Tag: Sony PSP

Concours PlayStation 1 M. de fans Facebook

1 million de fans sur Facebook, ça se fête chez PlayStation ! Depuis le 12 mars 2013, Sony Computer Entertainment France propose sur sa page de récompenser ses fans avec des lots PS3, PS Vita et PSP.
Si vous voulez gagner vous aussi, c’est sur www.facebook.com/PlayStationFrance que ça se passe.
PlayStation Facebook

Que peut-on gagner au juste ?

- 1 bundle PS3 500Go rouge God of War Ascension (prix unitaire maximum conseillé 350€)
- 1 bundle PS3 500Go FIFA13 (prix unitaire maximum conseillé 350€)
- 1 écran 3D LED PlayStation + 2 paires de lunettes + 2 jeux platinium 3D(prix unitaire maximum conseillé 600€)
- 1 PS Vita 3G/Wifi (prix unitaire maximum conseillé 300€)
- 2 casques Pulse (prix unitaire maximum conseillé 140€)
- 10 cartes PSN 20€ (prix unitaire maximum conseillé 20€)
- 5 cartes PSN 50€ (prix unitaire maximum conseillé 50€)
- 2 pack Move découverte (prix unitaire maximum conseillé 80€)
- 5 Wonderbook+Book of Speels (prix unitaire maximum conseillé 40€)
- 5 Heavy Rain (prix unitaire maximum conseillé 70€)
- 5 Infamous 2 (prix unitaire maximum conseillé 70€)
- 5 God of War Ascension (prix unitaire maximum conseillé 70€)
- 5 LittleBigPlanet Karting (prix unitaire maximum conseillé 40€)
- 5 PlayStation All Star Battle Royale (prix unitaire maximum conseillé 70€)
- 5 LBP Vita (prix unitaire maximum conseillé 60€)
- 5 PlayStation All Star Battle Royale Vita (prix unitaire maximum conseillé 70€)
- 30 packs de 3 figurines Sackboy (prix unitaire maximum conseillé 10€)
- 2 GT5 signature (prix unitaire maximum conseillé 150€)
- 2 GT5 collector (prix unitaire maximum conseillé 90€)
- 3 Uncharted 3 édition spéciale (prix unitaire maximum conseillé 70€)
- 1 Gran Turismo PSP (prix unitaire maximum conseillé 50€)
- 1 Patapon PSP (prix unitaire maximum conseillé 50€)
- 1 Patapon 3 PSP (prix unitaire maximum conseillé 50€)
- 1 Jak & Daxter PSP (prix unitaire maximum conseillé 50€)
- 1 Assassin’s Creed PSP (prix unitaire maximum conseillé 50€)
- 1 Everybody’s Golf 2 PSP (prix unitaire maximum conseillé 50€)
- 1 Socom FireTeam 3 PSP (prix unitaire maximum conseillé 50€)
- 1 Echochrome PSP (prix unitaire maximum conseillé 50€)
- 1 White Knight Chronicles : Origins PSP (prix unitaire maximum conseillé 50€)
- 1 God of War: Ghost of Sparta PSP (prix unitaire maximum conseillé 50€)
- 1 The Mistery Team PSP (prix unitaire maximum conseillé 50€)
- 1 ModNation Racer PSP (prix unitaire maximum conseillé 50€)
- 1 Syphon Filter Logan’ Shadow PSP (prix unitaire maximum conseillé 50€)
- 1 Jackass PSP (prix unitaire maximum conseillé 50€)
- 1 F1 Grand Prix PSP (prix unitaire maximum conseillé 50€)
- 1 Buzz le + Malin des Français PSP (prix unitaire maximum conseillé 50€)
- 1 Resistance Retribution PSP (prix unitaire maximum conseillé 50€)

Des jeux vidéo gratuits (bon : pas si récents pour la plupart), des consoles à gagner, un écran 3D LED : voilà de quoi faire plaisir aux gamers !

La PSP Street enfin prête pour le mariage ?

Après l’annonce d’une PSVita au Japon arborant une teinte Crystal White en plus de détails esthétiques spécifiques, c’est au tour de sa grande soeur la PSP de se vêtir d’une robe blanche immaculée dès le mois de juillet.

La PSP E-1000 sera donc disponible en couleur Ice White, au prix maximum de 99,99 euros. Avec ce nouveau coloris et une gamme de jeux PSP Essentials à moins de 10 euros régulièrement renouvelée, cette PSP Street bénéficie de nombreux atouts pour prolonger la vie de la PlayStation Portable pour encore plusieurs mois en Europe.

PSP E-1000

Jewel Keepers: Easter Island et Urbanix gratuits sur PS3, PSP et PS Vita

Quoi ? Deux jeux vidéo gratuits pour les 3 dernières consoles PlayStation ? Oui, c’est un cadeau de Sony sur sa page fan Facebook.


Jewel Keepers: Easter Island et Urbanix sont des casual games de type « Minis » qui ne sont pas des nouveautés puisque déjà sortis sur PSP, PC, iPhone voire WiiWare. Sauf que là, ils sont gratuits grâce à un code unique généré par l’appli Facebook.
Ils sont jouables sur PlayStation 3, PSP et PS Vita après téléchargement via le PSN.

Si Jewel Keepers: Easter Island parait être un énième clone de jeu de type « match 3″, Urbanix semble plus intéressant avec son principe de jeu de construction.

Ne pas tarder à les télécharger car les codes sont peut-être limités en temps. UN cadeau comme on les « like » :)

Cristiano Ronaldo annonce PES 2013 pour cet automne

Comme chaque année, les gamers se préparent à la nouvelle mouture de leurs jeux de sport. Cristiano Ronaldo a été recruté par Konami pour nous l’annoncer : PES 2013 se prépare à entrer sur les terrains dès cet automne, sur PlayStation 2, PSP (pas de PS Vita annoncée pour le moment), PS3, Xbox 360, Wii, Nintendo 3DS et PC.


Cette année, trois améliorations majeures sont à noter nous promet l’éditeur du jeu :
- PES FullControl, pour toujours mieux maîtriser le ballon
- Player ID, pour reproduire avec fidélité les caractéristiques des footballeurs
- ProActive AI, pour une balance attaque / défense plus réaliste et améliorée

PES 2012

Blazing Souls Accelate : un RPG pour PSP et PS Vita

Alors que je m’interrogeais il y quelques jours sur le devenir de la PSP en France, Rising Star Games m’indiquait hier la sortie le 27 avril du RPG Blazing Souls Accelate sur cette console, avec une compatibilité PS Vita. Il ne s’agit pas seulement de versions téléchargeables : un UMD semble aussi prévu.

Blazing Souls Accelate permet au joueur de modeler son propre monde, avec la possibilité de créer 200 objets et aptitudes différentes. Le plan de bataille et la carte aventure sont les mêmes : ce que les utilisateurs feront avant les batailles affectera le terrain et vice-versa.

Blazing Soul Accelate se déroule dans un pays pacifié en reconstruction ravagé par une guerre qui a duré 7 ans.
L’histoire débute quand Zero, le héros, qui vit en exécutant des contrats, trébuche sur une pierre mystérieuse. La pierre est investie d’une puissante magie connue sous le nom de Core Elemental.  En acceptant de plus en plus de travail Zero découvre un nombre encore plus important de pierres. Dans sa quête il découvre les “Human Genomes”, des nouvelles créatures crées par Dieu pour remplacer l’humanité, elles vont tester ses aptitudes de combats.
A chaque bataille Zero se rapproche de son lieu de naissance, un endroit où il finira par apprendre la vérité sur son existence…

Pas de nouvelles sorties PSP (UMD) en 2012 ?

La PSP n’est pas encore morte ! Dernièrement, Namco Bandai teasait sur le Web son jeu Hunter X Hunter prévu en automne 2012 sur cette console uniquement. Les ventes de PSP sont toujours au beau fixe au Japon pendant que chez nous, on ne voit quasiment plus que des rééditions à 10 euros dans la gamme « PSP Essentials ».

Avec une base installée de plus de 70 millions de PlayStation Portable, on constate que certains éditeurs continuent de développer de nouveaux jeux, voire de sortir des versions anglaises de jeux japonais jamais sortis chez nous, principalement des RPG comme Fate-Extra, édité par Ghostlight Games et prévu même le 16 avril en France.

En France d’ailleurs, on avait DHM Interactive qui s’était lancée sur ce marché restreint des jeux très typés japonais. Malheureusement, le succès n’a pas été au rendez-vous malgré un catalogue varié. LA société a du cesser ses activités en 2010.

Aux USA, des éditeurs ont annoncé leurs prochains titres. Gungnir (juin 2012) et Growlanser: Wayfarer of Time (juillet 2012) sont par exemple en pré-commande chez Atlus. Square Enix devrait sortir son Final Fantasy Type-0 en Europe, quand Capcom proposerait son Monster Hunter Portable 3rd.

Mais force est de constater que les sorties en UMD se font de plus en plus rares, les éditeurs préférant proposer leurs jeux en téléchargement pour des raisons de coûts.

Impliquer les fans semblent être pourtant une façon de réduire ces coûts justement. A l’exemple de Gaijinworkds et MonkeyPaw Games qui usent du crowdfunding four financer la localisation et la fabrication des UMD du jeu Class of Heroes II.

Mais les Mayas avaient raison : 2012 est l’année du grand changement… et de la fin de la PSP en Europe !
A moins que…

Class of Heroes II (PSP) : sortie physique si crowdfunding ?

Avec l’émergence des plateformes participatives de financement, de plus en plus d’éditeurs indépendants font appel aux joueurs pour permettre la sortie de leurs jeux.
En France, on dispose par exemple d’une plateforme dédiée uniquement aux jeux vidéo : Lookatmygame.

Aux Etats-Unis, on y rencontre plus d’acteurs et les levées de fonds peuvent être énormes ; Double Fine a dernièrement récolté plus de 3,3 millions de dollars rien que via des particuliers par exemple !
L’éditeur américain de Class of Heroes II cherche aussi à impliquer les joueurs dans son projet de proposer une localisation de ce RPG japonais. Vous pouvez ainsi financer le développement du jeu en téléchargement, en UMD ou les deux selon votre niveau de contribution financière.
La version physique du jeu, une édition Deluxe Pack, ne sera disponible que via la plateforme Kickstarter, pour environ 7 000 exemplaires et au prix de $64 si vous vivez hors des USA, frais de port inclus.

Il existe différents niveaux vous attribuant quelques privilèges : du simple courrier de remerciement à la copie digitale du jeu, en passant par la bande son à télécharger, un voyage au Japon chez les créateurs de Acquire Corp ou encore un diner avec l’équipe de développement et bien d’autres choses encore (voir le détail ici).
Par exemple, si vous dépensez $500, votre nom apparaître dans les crédits de fin de Class of Heroes II.

Par contre, le projet se concrétisera uniquement si la somme de $500 000 est atteinte au 27 avril 2012. Au moment de la rédaction du billet, on en est à 12% du financement.

Allez-vous participer au financement de ce jeu par Gaijinworks et MonkeyPaw Games ?

Premiers pas sur…The 3rd Birthday (PSP)

24 décembre 2012. New York est assaillie par une armée de monstres venus des profondeurs de la Terre. Les Mayas nous avaient prévenu*. Square Enix les a écouté. The 3rd Birthday sur PSP raconte l’histoire de Aya Brea, membre du CTI, sorte d’organisation antiterroriste créée pour lutter contre cette menace appelée « Twisted ».
Alors qu’elle dispose déjà d’un corps de rêve grâce au travail du designer Tetsuya Nomura, Aya possède la capacité d’intégrer celui des autres (l’Overdive) – en conservant toutefois le sien visuellement, pour le plaisir des yeux -  et est projetée dans le passé dans le cadre de différentes missions visant à empêcher la venue destructrice des Twisted. Un scénario tordu je vous l’accorde.

On notera avant toute chose que The 3rd Birthday est un jeu d’action à la troisième personne en anglais uniquement. Personnellement, ça ne me gêne pas ; cette absence de localisation en français témoignait déjà, plusieurs mois avant la sortie de la PS Vita, de l’arrêt des dépenses en traduction/localisation dans le développement de jeux PSP.

On est accueillis par un générique reprenant différentes séquences CGI ainsi que de rares phases de gameplay. Comme à l’habitude avec Square Enix, les cinématiques sont rudement belles ! Ce sentiment est amoindri une fois qu’on se lance dans le jeu par une ambiance graphique plutôt sombre et des décors peu chatoyants.
Normal, c’est l’apocalypse !

On avance dans la ville ou dans des bâtiments selon un principe de couloirs. On se déplace avec le stick analogique, la croix de direction permettant de passer d’une arme à une autre. On dispose d’un bouton de tir et un autre permettant de lancer une grenade. Le bouton X permet d’effectuer des actions limitées (sauter des barrières, grimper/descendre des échelles…) ainsi qu’un déplacement d’esquive.
Rien de bien transcendant côté gameplay. Ce type de jeux d’action à la troisième personne se trouve vite limité par l’absence d’un deuxième stick analogique. Et comme la caméra ne suit pas l’action comme on le voudrait, il faut sans cesse avancer et régler la caméra si on veut voir à l’avance ce qui nous attend plus à l’avant dans le niveau. Frustrant, malgré une visée automatique et la possibilité d’indiquer à ses coéquipiers les cibles à canarder à l’unisson.

The 3rd Birthday devient aussi vite répétitif malgré son système bien foutu et simple de changements de corps. L’idée étant à la fois de se rapprocher de ses cibles, avec éventuellement de meilleures armes, et de garder le plus de soldats/humains en vie. Car cela compte dans votre score en fin de niveau.
La barre d’énergie se recharge avec le temps, ce qui n’empêchera cependant pas votre personnage de mourir souvent, en particulier lors des phases de poursuite Reaper dans lesquelles un gros monstre balèze vous court derrière, la fuite via l’Overdive demeurant alors votre seul salut.
Face à certains boss, il va falloir découvrir leurs points faibles et non pas se contenter de tirer bêtement dans le tas ; l’Overdive est souvent nécessaire pour arriver à vos fins là-aussi.

Les armes, par contre, sont limitées en cartouche. Il est plus que conseillé de les customiser avant d’aller batailler. On peut par exemple augmenter la capacité, la précision mais aussi upgrader son personnage via un système de répartition de points BP pas très facile à appréhender.
Un côté RPG donc, applicable également aux costumes, aux armes que l’on peut acheter et améliorer. D’ailleurs, mon personnage n’a toujours pas eu l’occasion de changer de vêtements : du coup sa tenue sexy de combat se réduit comme peau de chagrin et, me connaissant, je doute que je la lui en fasse changer…:)

L’histoire de The 3rd Birthday paraît bien “brouillon”, avec une héroïne amnésique dotée d’étranges pouvoirs et des voyages dans le passé dans lesquels on se perd parfois. Le tout est desservi par une bande son qui ne colle pas du tout à l’ambiance mais qui a le mérite de vous indiquer quand il n’y a plus de Twisted à abattre, histoire de relâcher le stress.

C’est la version The 3rd Birthday: Twisted Edition que je me suis procurée grâce à un comparateur de prix en ligne. Le prix n’était pas si cher mais le contenu de cette édition est quand même bien  léger. Outre un boitier de couleur rouge rangé dans une boîte en carton souple, celle-ci contient 2 petites lithographies, un petit artbook de 48 pages et deux codes pour télécharger le costume de Aya dans Dissidia 012 Final Fantasy ainsi que 50% de réduction sur Final Fantasy II.

Un happy (3rd) birthday?

Ces quelques heures avec The 3rd Birthday me laissent quelque peu perplexe : l’action reste bourinne dans l’ensemble et les changements de corps ne font plus leur effet à la longue. Le scénario incompréhensible limite fortement l’immersion du joueur. C’est peut-être pour cela que la série Parasite Eve n’a jamais été distribuée officiellement chez nous ?
Graphiquement, je n’ai pas trouvé le jeu si beau ; c’est peut-être à cause de mes expériences récentes sur PS Vita cela dit. Il n’est pas horrible, loin de là, mais outre une Aya (trop) bien modélisée, le reste n’a pas su me convaincre.

Si vous avez envie de passer un bon moment avec votre PSP, The 3rd Birthday risque de vous intéresser. Si vous recherchez cependant un bon TPS, je vous recommande plutôt Resistance Retribution. Autrement, attendez que son prix s’affiche à celui des jeux PSP Essentials avant (moins de 10 euros).

* Les Mayas indiquent un changement radical à l’échelle mondiale le 21 décembre 2012 à ce qui se dit.

La PS Vita côté interface : manque de maturité ?

Un article précédent offrait un premier aperçu de la PS Vita. On va s’intéresser plus au « contenu » maintenant.
Je rajouterai juste pour préciser sur la prise en main : la PS Vita est certes plus imposante que la PSP mais les boutons et la croix de direction sont nettement plus petits ! On sent bien que Sony mise sur l’interface tactile. Tant pis pour les gros doigts !

Premier allumage de la console : on est accueillis par un message sur les risques d’épilepsie !…
L’interface – appelée LiveArea – et la musique accompagnant certains menus/options donnent tout de suite le ton : ça fait très enfantin je trouve. Ca change du menu XMB de la PSP, plus sobre et également plus adulte. Les icônes arrondies et les sons ambiants tranchent quand même avec la surpuissance de la machine.
J’ai repensé au « publireportage » sur GameOne dans lequel un intervenant de Playstation indiquait une console pour gamers…J’ai plutôt l’impression que Sony ratisse large avec la PS Vita malgré ce positionnement.

L’accueil se fait sur 2 écrans scrollables. Le multitâche est géré et tout est fluide : on navigue de droite à gauche et supprime d’un geste en diagonal, allant du haut vers le bas. Pas possible de naviguer à la croix de direction ou au joystick. Dommage.
Par contre, tant qu’on n’éteint pas la console, on peut lancer des téléchargements et vaquer à d’autres activités sur sa console. Ca, c’est appréciable !

Sony a eu une excellente idée avec son menu « Espace de Bienvenue » : il s’agit ici de découvrir ludiquement les fonctionnalités de la console : pavé tactile arrière, capteur de mouvement, caméras, etc. Ces mini-jeux permettent de débloquer des Trophées. Ne les zapper pas donc ! Même sans carte mémoire ils seront sauvegardés (car vraisemblablement rattachés au compte PSN).

PS Vita : une carte mémoire sans nom

La carte mémoire de la PlayStation Vita impressionne par sa taille. Elle tient facilement sur l’ongle de votre pousse !
Si vous n’installez pas tout de suite la carte mémoire, vous ne pourrez pas utiliser la caméra ; la console vous en empêche. Impossible alors de tester le pack de cartes pour la réalité augmentée. Il sera donc primordial de vous en procurer une et je vous conseille d’en prendre une supérieure à 8 Go. Car même si vous n’y mettez pas grand chose, elle se remplit vite ! Un jeu en téléchargement (BlazBlue Continuum Shift Extend, bientôt en test) et une démo et c’est fini ; étrangement d’ailleurs car je suis supposé avoir encore près de 4 Go… Affaire à suivre.

Il semble qu’il soit impossible de supprimer des fichiers sur la carte mémoire sans connecter au préalable la PS Vita à un PC ou une PS3 ?! Jai beau avoir cherché, je n’ai pas trouvé…Ah si : il suffit de maintenir son doit dans le LiveArea et de sélectionner un fichier pour faire apparaître la fonction. Par contre, je n’ai pas su voir comment gérer le contenu de sa carte mémoire depuis la console.

Une PS Vita vide en appli

Cédant à la mode lancée par certains smartphones, la nouvelle PlayStation portable propose quelques maigres applications connectées aux réseaux sociaux. Toutes développées par Sony Computer Entertainment, on retrouve LiveTweet, un client Twitter, Facebook pour PlayStation Vita, le service ludique de géo-localisation foursquare, Flickr pour PlayStation Vita et le dernier en date, le service Music Unlimited.

Autrement, on peut bien sur télécharger des jeux complets (tous les titres disponibles en magasin normalement et des spécifiques au PlayStation Network), des extensions PS Vita, des démos, des Minis, des jeux PSP et leurs extensions, des bandes-annonces de jeu et des offres spéciales pour les abonnés.

Du coté des logiciels pré-installés, on trouve l’Espace de Bienvenue, Party, le lieu de regroupement de vos amis joueurs, le PS Store, un Centre de Messagerie, Near, pour découvrir les joueurs PS Vita proches de vous et partager vos infos, vos Amis, la liste des Trophées remportés, le navigateur Internet sommaire, la caméra et d’autres options sur lesquelles je ne m’attarderai pas. J’avoue ne pas avoir regardé encore en détail car je joue généralement en solitaire.

Pour conclure, l’interface de la PS Vita change du tout au tout par rapport à celle de la PSP, se rapprochant d’un menu de smartphone, sans être pour autant plus abouti. On apprécie la possibilité de notifications (téléchargements, trophées…), de lancer un téléchargement et faire autre chose en même temps, de personnaliser légèrement (couleurs et dispositions des fichiers principalement) et de profiter d’un tout nouveau gameplay sur une machine Sony et de deux joysticks analogiques enfin !
Je reste cependant mitigé vu la taille de la machine mais c’est surtout son prix actuel qui risque d’en refroidir plus d’un.
La ludothèque de la PlayStation Vita devra justifier la nécessité d’investir dans ce nouveau matériel. Et ça tombe bien, car nous allons prochainement tester quelques jeux.

Darkstalkers 3, le retour !

Un des grands classiques de la toute première PlayStation, Darkstalkers 3, pourrait faire son grand retour sur PlayStation Vita et PS3.

Contrairement à d’autres titres, ce jeu de combat n’est jamais devenu une machine a sous pour Capcom, et ce malgré une forte notoriété au Japon (la série est connue en Asie sous l’appellation « Vampire »). Avec le recul, il s’impose comme une référence tant il a révolutionné le gameplay avec la fluidité de ses animations, des enchaînements très diversifiés et l’introduction de la parade aérienne.

Lors de sa sortie en 1998 (il a déjà 14 ans !), Darkstalkers 3 a malgré tout figuré en bonne place dans les salles de jeux d’arcades et il a connu ses heures de gloire sur la PSOne. Il était possible de choisir entre 18 combattants, aussi colorés qu’un casino en ligne et tous terriblement musclés. Les japonais ont même eu droit à une version spéciale développée pour la Saturn de Sega dans laquelle il y avait seulement 15 personnages.

Darkstalkers 3 est d’ores et déjà disponible en Asie sur le PSN sous le nom de Vampire Savior EX Edition. Mais, selon les registres du bureau d’enregistrement américain ESRB, les occidentaux pourront bientôt profiter du même privilège : le jeu pourra être téléchargé sur la PS3 et la PSVita.

Les divinités et les créatures des ténèbres vont pouvoir s’affronter à nouveau !

Seule surprise : à aucun moment, Sony Computer Entertainment America ne mentionne la PSP.

Cela soulève alors plusieurs interrogations :

Pourquoi ce titre ne pourrait pas être compatible avec la PSP ?

Jusqu’à présent, chaque émulation de la PS One a bénéficié à la PSP. A contrario, la PS Vita, n’en a jamais profité. S’agit-il alors d’une nouvelle stratégie de la part de Sony ? D’autres titres sont-ils prévus ? Il faut savoir qu’il existe depuis 8 ans un autre titre de la série sur la PSP : Darkstalkers Chronicle: The Chaos Tower.

Sur le web, certains pensent qu’ils pourraient s’agir d’une simple erreur de saisie. Mais cette hypothèse ne semble pas crédible. Il est difficile d’imaginer que les données enregistrées ne soient pas contrôlées par les équipes de Sony.

Ce titre sera-t-il proposé à l’identique pour accentuer le côté retrogaming ou s’agira-t-il d’un remake, fidèle dans l’esprit, mais intégrant les avancées technologiques les plus récentes ?